D_chets_vu_du_ciel

© Vu du ciel

« Tu ne sors pas de table avant d’avoir fini ton assiette ! »
« Il ne faut pas gâcher la nourriture. »
« La nourriture, c'est sacrée ! Il y a trop de gens qui meurent de faim dans le monde. Il ne faut pas la gâcher. »
….
Combien de fois ai-je entendu ma mère prononcer ces phrases étant enfant ?
Et pourtant, ces petites phrases ne sont pas si anodines qu'il n'y paraît…

Car derrière ce gaspillage alimentaire devenu banal (voire presque naturel), se cache un enjeu écologique majeur !
C’est en regardant hier soir l’émission Vu du ciel, présentée par Yann Arthus-Bertrand, sur France 3, que je me suis rendue compte de l’ampleur que cette consommation à outrance avait sur notre environnement.

En effet, Yann Arthus-Bertrand faisait un état des lieux sans concession de notre mode de vie et de notre consommation. Pour cela, il est allé à la découverte de ce que les étiquettes ne nous disent pas. Car que savons-nous des produits que nous achetons ?Où sont-ils fabriqués ? D’où viennent-ils ? Quels sont leurs impacts à l’autre bout du monde et que deviennent nos déchets ?

Voici ce que j’ai retenu de ce nouvel épisode de Vu du ciel :
- Au niveau mondial, 1/4 de la nourriture produite est jetée sans avoir été consommée ; ce qui pose de gros problèmes environnementaux : déchets et production de méthane mais aussi, en amont, productions agricole et industrielle, transports et emballages qui polluent… pour rien.
- 4000 tonnes de déchets sont jetés toutes les heures sur la planète.
- 30 à 40% des récoltes sont délaissées chaque année parce qu’elles ne correspondent pas aux caractéristiques exigées par les industriels ou les grandes surfaces.
- Dans la transformation et la restauration rapide, environ 1/3 de l’alimentation est perdue.
- Dans les supermarchés, un 1/2 milliard de tonnes de nourriture par an est invendue.
- Dernier maillon de la chaîne, les ménages jettent plus que les transformateurs et les supermarchés réunis.

Acheter, Utiliser, Jeter : 3 actes quotidiens à l'impact parfois insoupçonné.

PoubelleDans notre société actuelle, nous avons tendance à oublier que les trésors naturels de la Terre ne sont pas inépuisables. En effet, derrière des gestes qui peuvent paraître inoffensifs (acheter/utiliser/jeter) se cache toute une production, consommatrice d’énergie, d’eau et d’intrants (fertilisants, pesticides…) et productrice de déchets.

Mais il se produit bien d'autres impacts environnementaux. La production, la transformation, l’emballage, le transport des denrées alimentaires consomment des ressources et de l’énergie, produisent des émissions de CO2 et d’autres rejets polluants. Tous ces impacts sont à ajouter à la production de déchets. La Commission européenne estime que l’alimentation représente 30% des impacts écologiques imputables à chaque citoyen. De même, environ 20% du changement climatique sont attribués à la production, transformation, et stockage de la nourriture.

Le saviez-vous ? Le gaspillage alimentaire participe à la pénurie en eau !
Une nourriture représente un certain volume d'eau qui a été consommé pour produire les aliments de base, les transformer, fabriquer les emballages, etc. Donc jeter de la nourriture c'est comme laisser un robinet d'eau ouvert.

Voici quelques astuces simples pour limiter le gaspillage :

1/ Achetez malin !
* Rédigez votre liste de courses pour éviter les achats impulsifs
* Adaptez les quantités achetées à votre besoin
* Vérifiez les dates de péremption avant d’acheter vos aliments
* Transportez vos produits surgelés dans un sac isotherme ou achetez-les en dernier lieu pour respecter la chaîne de froid !
2/ Conservez les aliments !
* Prenez garde aux dates de péremption. « A consommer de préférence avant le » indique la date après laquelle les aliments perdront certaines de leurs qualités : goût, texture, couleur… « À consommer jusqu’au » prévient par contre de la limite à partir de laquelle il peut y avoir des risques pour la santé du consommateur.
* Stockez attentivement : sitôt revenu des courses, mettez les produits au frais selon une règle simple : les 1er entrés seront aussi les 1er sortis, en réservant les zones les plus froides aux aliments fragiles. Pour ralentir la dégradation, tous doivent être couverts (ou enfermés dans des boîtes fraîcheur).
3/ Cuisinez les restes ou Ayez l’art d’accommoder les restes, avec des recettes faciles !
Salades froides pour les pâtes, gâteaux pour finir les œufs et le beurre…
4/ Compostez vos déchets !