En allumant ma radio ce matin,  j'apprends que l’armée thaïlandaise a reconduit à la frontière près de 4400 Hmongs, une ethnie minoritaire d’Asie du Sud-Est.

carte_laos

J'ai donc voulu en savoir plus sur cette population, connaître leur histoire et savoir pourquoi ces Hmongs ont été emmenés par camions à la frontière (d’où ils ont été remis aux autorités laotiennes).

5_THAILANDE__afp

Sur le site du journal Le Monde, je lis que cette opération a débuté hier matin avant l'aube. En effet, ces 4400 Hmongs étaient hébergés dans des camps thaïlandais, pour certains depuis plus de trente ans. Ils étaient des réfugiés du camp de Huay Nam Khao. En fait, en menant cette l’opération, la Thaïlande entendait honorer un accord signé avec Vientiane (la capitale du Laos), qui fixe au 31 décembre la date limite pour le rapatriement de tous les Hmongs.

Originaires des régions montagneuses du sud de la Chine, les Hmongs (aussi appelés les Miao - "riz cru") se sont installés au Laos au début du XIXe siècle où ils ont vécu paisiblement jusque dans les années 50.

black_hmong                        hmong_1

Traqués par les armées laotienne et vietnamienne pour avoir aidé les Français pendant la guerre d’Indochine (1946-1954) puis les Américains pendant la guerre du Vietnam (1959-1975), la majorité d’entre eux a fui le Laos en 1975 à l’arrivée du parti communiste au pouvoir.

Accusé donc d'avoir trahi le Laos, le peuple Hmong se voit refuser toute demande d'asile politique par le gouvernement thaïlandais. En effet, pour Bangkok, il ne s'agit pas de refugiés, persécutés dans leur pays natal, mais de simples immigrants économiques, alors que les ONG et le Haut-Commissariat de l’ONU aux réfugiés (UNHCR) estiment qu’un certain nombre d’entre eux peut prétendre au statut de réfugiés. Mais la Thaïlande ne veut rien savoir.

D'après le journal La Tribune de Genève, la Thaïlande a refusé aux inspecteurs du UNHCR de visiter le camp pour enquêter. Un camp auquel la presse n’a d’ailleurs plus accès depuis deux ans. En mai dernier, c’était au tour de Médecins sans frontières, principale ONG venant en aide à ces réfugiés, de se retirer du site après avoir dénoncé le traitement qui leur était infligé.

Depuis plusieurs jours, les appels se multiplient pour que cette expulsion soit annulée. Washington a pour sa part dénoncé une «grave violation des principes humanitaires internationaux», mais Bangkok a fait la sourde oreille.

Voilà ce que j'ai pu lire sur le net concernant les Hmongs.

Une dernière chose, je suis tombée sur un excellent reportage "Guerre secrète au Laos" de Grégoire Deniau et Cyril Payen, diffusé lors de l'émission Envoyé Spécial sur France2, le 16 juin 2005. Ce reportage montre en effet la situation désastreuse des Hmong dans la forêt laotienne.

À voir absolument !


Guerre Secrète Au Laos Envoyé Spécial